Musée du Scaphandre d'Espalion

Musée associatif géré par le Conseil départemental de l'Aveyron en partenariat avec l'Association Musée J-Vaylet Musée du Scaphandre

Ce festival littéraire de haute volée, dont la terre d'élection est le haut plateau de l'Aubrac, prépare sa 21e édition sur le thème de l'imaginaire de l'élément liquide.
La plongée inaugurale dans ce sujet ne pouvait que passer par le véhicule de choix qu'est le scaphandre. Le 16 août prochain, le Festival jetera l'ancre dans le Lot à Espalion, patrie des inventeurs Rouquayrouze et Denayrouze, près de la statue du scaphandrier, pour une soirée intitulée "Sur l'eau / Sous l'eau.

De nombreuses festivités y sont prévues : inauguration de l'exposition "De l'eau dans les bulles" au Vieux-Palais, aux résonances verniennes et tintiniennes, plongées dans le Lot, projection de films sur les profondeurs océaniques, événements poétiques et musicaux sur la grande scène du Foirail, autour du sens et des mystères de l'eau, de l'eau indisciplinée…
Une nocturne est prévue au Musée du Scaphandre jusqu'à 23h.

Les Rencontres d'Aubrac monteront ensuite à Aubrac et à Saint Chély d'Aubrac jusqu'au 19 août poursuivre un parcours aux multiples facettes : conférences, concerts et spectacles, en compagnie d'intervenants de marque et d'artistes rares. Des interventions sur "Tintin scaphandrier" et "Jules Verne et la mer" enrichiront la thématique de l'imaginaire du scaphandre . La saison s'achevera à Espalion le samedi 20 août.

Les Rencontres d'Aubrac font partie des festivals coups de cœur de Télérama et de Libération.


Le festival Rencontres d'Aubrac programme l'exposition "De l'eau dans les bulles" en partenariat avec le Musée du Scaphandre
"Nous tenterons de saisir des perceptions de cet élément vital et des explications sur l’ordre du cosmos auxquelles se réfèrent de nombreux peuples dans leurs cultures en croisant des voix de l’observation empirique, de la physique et de la mythologie" annonce Francis Cransac, Fondateur et directeur des Rencontres d'Aubac.

http://www.rencontres-aubrac.com

A signaler tout particulièrement :

> Mardi 16 août
Soirée d'ouverture à Espalion "Sur l’eau / Sous l’eau" (gratuite)

18h-19h – Vieux-Palais :  Vernissage de l’exposition « De l’eau dans les bulles » 
Représentations de scaphandriers du XIXe à aujourd'hui de Jules Verne à Tintin et Hugo Pratt jusqu'aux œuvres aux résonances verniennes de la plasticienne Rafaële Ide. 
En présence de Jessica Nelson (éditeur du manuscrit de « Vingt mille lieues sous les mers »), Arnaud de la Croix (éditeur).
Ouverture exceptionnelle du MUSÉE du SCAPHANDRE jusqu’à 23h

« Mapping vidéo » sur la façade arrière du Vieux Palais (projection de vidéos de la Compagnie nantaise du Royal de Luxe,      « Le Scaphandrier et la petite géante », « La Géante du Titanic et le Scaphandrier »)

Passerelle laser sur le Lot, création vidéo de Kaï dong Luong

19h30 – Berges du Lot « Prêts à plonger »  (rive droite, devant la statue du scaphandrier)
Prises de paroles d’Éric Picard (maire d’Espalion), Jean-Claude Anglars (conseiller général), Jacqueline Prieur (présidente de l’Association des amis du Musée du scaphandre) et de Francis Cransac (directeur du festival)

Fred Bonnet : direction d’un choeur mixte (chansons d’Henri Salvador, Charles Trenet, Léo Ferré…)
Démonstration de plongée par des plongeurs de la Marine nationale (Possibilité de baptêmes de plongée pour plongeurs amateurs)

20h15 –Traversée du Lot, d’une rive à l’autre, sur des barges

21h – 23h  Scène littéraire et musicale animée par Bruno Bonhoure et Francis Cransac (Foirail, grande scène) :
Textes slamés par Marin Laurens L’eau de Scroze (Bernard Jannin)
Récital par Rajery, prince de la Valiha (instrument emblématique de Madagascar)
Reconnaissance à l’aveugle par un goûteur d’eau
Onde poético-musicale : L’Eau et ses mystères Pierre Thillet (poète),
Marc Charrière (sculptures de sons électro acoustiques)
Le Sens de l’eau d’Alain Oger (film)
Vague poétique : L’indiscipline de l’eau Jacques Darras (poète),
accompagnement vibraphone et percussion par Fred Bonnet
 
Projection de films sur grand écran : Extraits du Grand bleu et d’Atlantis de Luc Besson ; d’Abyss de James Cameron

Signalons parmi  de très nombreuses conférences, toutes inspirantes
Vendredi 19 août, 16 h 00 – Hergé scaphandrier
par Arnaud de la Croix, écrivain, éditeur

> Mercedi 17 août, 11 h 30 – Jules Verne et la mer
par Jessica Nelson, écrivain, journaliste, éditeur

Le réservoir-régulateur Rouquayrol-Denayrouze, classé monument historique en 2006, a été monté sur une combinaison caoutchoutée adaptée au masque groin pour l'exposition "Mémoire à la mer ! Plongée au cœur de l'archéologie sous-marine" à Marseille, qu'il a le grand honneur d'ouvrir, représentant les prémices de l'archéologie sous-marine.


Scaphandre Rouquayrol-Denayrouze à groin, Musée du scaphandre, photo H. Eskenazi
Scaphandre Rouquayrol-Denayrouze à groin, Musée du scaphandre, photo H. Eskenazi
L’ensemble composé du réservoir-régulateur (réplique) et du masque groin, complété par les lests en forme de banane et les sandales plombées, était jusqu’alors présenté dans les collections permanentes du Musée du Scaphandre sur un mannequin vêtu d’une combinaison moderne de néoprène noire, qui avait servi à des plongées dans les années 2000, mais qui était, il est vrai, quelque peu anachronique. 

 


Programmée à l’occasion du 50e anniversaire de la création du Département des recherches archéologiques subaquatiques et sous-marines (Drassm) par André Malraux, l’exposition "Mémoire à la Mer ! Plongée au cœur de l’archéologie sous-marine" présente, au sein d'une muséographie immersive et pédagogique, 50 pièces phares jalonnant un demi-siècle de grandes découvertes archéologiques dans les eaux du domaine public français.
L'exposition, qui expose plus de 400 objets issus de fouilles sous-marines parmi les quelque 30 000 conservés par le Drassm, est complété de maquettes, films et multimédias. Le parcours s'ouvre sur le scaphandre Rouquayrol-Denayrouze du Musée du Scaphandre comme symbole des tous premiers pionniers de l'archéologie sous-marine, et a pour point d'orgue, (jusqu'au 8 mai) la présentation d'un humanoïde sous-marin high tech annonçant l'archéologie du futur.


Photo Christian Baudru / Fouet'cocher
Photo Christian Baudru / Fouet'cocher
 
"La mer a englouti des hommes et des navires mais l’eau en a figé la mémoire dans un état de conservation souvent exceptionnel. Ce sont ces parcelles de temps, ces traces humaines irremplaçables que les archéologues sous-marins s’efforcent d’explorer au fond des mers pour leur rendre la parole et les présenter au public.

Issus des sites archéologiques sous-marins localisés dans le domaine public maritime français, comme dans les eaux du Gabon, de Brunei et des îles Salomon, les objets présentés s’échelonnent de l’âge du bronze à la Seconde Guerre mondiale. Des navires romains chargés d’amphores aux jonques de la mer de Chine, des cor- saires de Saint-Malo aux frégates de Lapérouse, des villages submergés aux épaves du débarquement de Normandie, du buste de César à la gourmette de Saint-Exupéry, de l’estran aux abysses, l'exposition propose un fascinant voyage parmi les grandes découvertes archéologiques sous-marines françaises, rappelant combien le patrimoine immergé constitue une part essentielle de notre humanité. " 

L'exposition, reconnue d’intérêt national par le Ministère de la Culture et de la Communication, est le fruit du partenariat Drassm / Ville de Marseille.

Co-production : Columbia River et Ville de Marseille, avec les mécènes Aqualung et La Compagnie du Ponant.

L'Exposition se tiendra au musée d’Histoire de Marseille, du 29 avril 2016 au 28 mai 2017.
 

Le Musée des Antiquités de Bâle fermera ses portes, le 27 mars prochain, les portes d'une prestigieuse exposition consacrée à la légendaire épave d'Anticythère, découverte en 1900 entre la Crête et le Péloponnèse par des scaphandriers pêcheurs d'éponge de l'île de Symi, par 40 m de fond.

Il s'agissait d'un navire marchand chargé d'œuvres d'art hellénistiques et autres cargaisons, parti de Grèce orientale vers la péninsule italique pour procurer aux villas des riches familles de Rome de prestigieuses œuvres d'art, et naufragé lors d'une tempête, vers 70 avant J.C.

Les spécialistes considèrent aujourd'hui ce naufrage comme celui d'un des plus grands navires marchands connus de l'Antiquité - un bâtiment d'environ 30 mètres de long et 10 mètres de large.


Salle consacrée aux fouilles de l'épave. © Photo R. Habegger
Salle consacrée aux fouilles de l'épave. © Photo R. Habegger

L'exposition présente les saisissants chefs d'œuvres grecs et objets repêchés des profondeurs après plus de deux mille ans d'abandon sous la mer, retrace le contexte historique et politique de l'importation de la culture grecque dans la métropole de l'Empire romain, ainsi que l'aventure archéologique de ce site : son "invention" par des pêcheurs d'éponges en 1900,  les fouilles menées par le commandant Cousteau à bord de son navire océanographique La Calypso en 1976, et la campagne de recherches actuelle par les équipes d'archéologues de la Woods Hole Oceanographic Institution et de l'Hellenic Ephorate of Underwater Antiquities, notamment grâce au scaphandre rigide l'Exosuit de la société Canadienne Nuitco Research Ldt.

Durée de l'exposition du 27/09/2015 au 27/03/2016
www.antikenmuseumbasel.ch